En quelques mots ...

Je vous ai promis une présentation, la voilà :)

Comment tout a commencé ?

Devenir professeur des écoles, aussi loin que je m'en souvienne, c'est mon rêve depuis ... que j'ai l'âge de répondre à la question "Quel métier veux-tu faire plus tard ?". Comme toutes les petites filles, je me demandais si je pourrais devenir vétérinaire, architecte, ou encore styliste. Mais je ne sais pas, j'étais bonne élève, très sérieuse, j'adorais mes maîtresses, j'aimais apprendre et je me suis prise à imaginer que plus tard moi aussi, je pourrais jouer "à la maîtresse". Alors voilà, mon destin était tout tracé : plus tard, j'allais devenir maîtresse ! (Oui à l'époque, le terme de professeur des écoles n'existait pas encore haha). Alors j'ai poursuivi ma scolarité, sans me soucier un seul instant de mon avenir professionnel, je savais déjà, c'était plutôt confortable de ne pas douter de son orientation à l'heure des choix ... Mouai, j'étais bien naïve ... Si j'avais su la suite ...

Alors voilà, ma licence en poche, me voilà embarquée dans le master enseignement afin de réaliser mon fameux rêve de petite fille. Deux années d'effort, de révisions, de pleurs, de doutes quant à ma réussite. Mais au bout des deux ans: master validé, CRPE obtenu ! Je pouvais enfin commencer ma vie professionnelle. 

Avec le recul, je ne me souviens pas avoir cherché à me renseigner sur une autre voie professionnelle ... Mon plus grand regret. Je me demande chaque jour pourquoi. Pourquoi me suis-je entêtée à ne vouloir être plus tard QUE professeur. Je ne dénigre pas ce métier, au contraire. Mais il en existe un certain nombre tout de même, alors pourquoi ??? Bon j'ai ma petite idée sur la question, mais est-ce la seule réponse ? Finalement, est-ce-que je ne me sentais pas sécurisée, moi, la grande angoissée, de savoir déjà ce que j'allais faire de ma vie ? Mais bon, est-ce utile de trouver la réponse exacte ? Ce qui est fait est fait ...

Mes aspirations professionnelles

J'ai toujours eu ce goût pour la culture. Découvrir chaque jour de nouvelles choses, être en réflexion permanente, me questionner sur le monde qui m'entoure, vouloir toujours donner le meilleur de moi-même, avoir un certain challenge quotidien, une pression constante, devoir faire mes preuves. Alors devenir PE pour moi ça correspondait tout à fait à ce que je recherchais: je pensais justement que j'allais pouvoir m'épanouir pleinement, satisfaire ma soif de savoir, développer ma réflexion, apprendre tout en partageant ma passion aux enfants.

Sauf qu'en devenant enseignante, je n'ai pas retrouvé tout cela. Attention, je précise encore une fois qu'en aucun cas je ne dénigre la profession. Je me suis "juste" trompée sur ce que je recherchais, sur la vie que je voulais mener. Je pensais que le métier d'enseignant me correspondrait parfaitement, étant donné mon profil. Mais ce n'est pas le cas.

C'est peut-être égoïste de ma part, mais voir les étoiles dans les yeux des enfants quand ils découvrent une nouvelle notion, les voir en pleine réflexion pour résoudre un problème, pour comprendre un phénomène, cela ne me suffit pas. Je veux moi aussi tirer quelque chose de mon travail. Et pour moi enseigner ne me permet pas d'avoir les responsabilités que je vise professionnellement (et pourtant dans l'enseignement il y en a). Je recherche d'autres responsabilités, une autre pression, un autre rythme, une diversité beaucoup plus importante de tâches, un autre environnement de travail, des perspectives d'évolution, beaucoup plus d'imprévus. Vous aurez donc compris que ça ne pouvait pas fonctionner ...

J'ai peut-être manqué de lucidité quant à ma vraie personne, mais bon, l'introspection n'est pas chose facile. Et sans première vraie expérience professionnelle, aurais-je pu savoir à l'avance ce qui me correspondait réellement ?

Aujourd'hui ...

Tout cela m'a permis d'en apprendre beaucoup sur moi, sur ce que je veux, sur ce qui me correspond réellement. Et une chose est certaine, ma vie professionnelle se fera loin de l'enseignement, loin de l'éducation nationale, et loin de la fonction publique. Je passe tous les préjugés sur les fonctionnaires, certains y penseront peut-être en me lisant. Ce n'est ici pas du tout l'important. Je n'ai que faire de tous ces préjugés. Je sais juste que la fonction publique ne correspond pas à l'environnement professionnel qu'il me faut. C'est d'ailleurs pour cela que je n'envisage pas de reconversion dans la fonction publique. Et c'est pour cela que j'ai d'autant plus de difficultés à partir ... à me reconvertir ...

Comment quitter l'éducation nationale ?

Je vais pouvoir vous livrer, au quotidien, le cheminement que j'ai suivi jusqu'à présent. Vous pourrez ensuite m'accompagner, si vous le souhaitez, dans ce long chemin qui mène à ma reconversion, et à ma liberté ...

Un petit aperçu des principales difficultés que je rencontre (vous aurez plus de détails dans d'autres publications) : 

-Master très spécifique, non reconnu dans le monde du travail, qui ne sert que de ticket pour pouvoir s'inscrire au CRPE

-Des compétences professionnelles réelles acquises et transférables dans le monde de l'entreprise, mais que beaucoup ne considèrent pas. 

-Une étiquette "ex-prof qui ne sait rien faire d'autre qu'être prof"

-Une seconde étiquette "ex-fonctionnaire" et tous les préjugés qui vont avec (Tu viens de l'éducation nationale, tu étais prof fonctionnaire ? Je ne lis même pas ton CV ...)

-L'éducation nationale qui fait tout pour que tu restes (non je reformule, qui ne fait rien pour t'aider à partir). Une formation ? Oui bien sûr, après 3 ans de service minimum, et pour rester dans la fonction publique. Si tu as par miracle obtenu 1 an de formation, tu dois ensuite 3 ans de bons et loyaux services à l'éducation nationale. L'Indemnité de Départ Volontaire ? Déjà il ne faut pas être pressé de la recevoir, et vouloir créer son entreprise (oui parce que maintenant l'IDV est très sélective et on enlève encore des critères pour être éligible. Tu veux partir dans le privé ? Aucune aide, débrouille-toi tout seul). La mise en disponibilité ? Pas adaptée pour mon cas comme je ne souhaite pas rester dans la fonction publique, je passe donc ce point. La démission ? Oui, c'est ton choix, mais tu es sûre ? Tu n'as pas perdu la tête de vouloir partir ? Attends, c'est la jungle ailleurs voyons, tu n'y arriveras pas, tu ne trouveras rien ! Allez je t'aide, je refuse ta démission pour cause "de manque de personnels enseignants" ... Refuser ta démission non mais je rêve, quand je vous dis que c'est une prison ...

-Une troisième étiquette "paria, fou" de vouloir partir (étiquette donnée par l'institution, la hiérarchie mais également par tes collègues ...). Je reviendrai sur ce point très prochainement.

-L'obligation de rester encore le temps d'avoir trouvé un autre emploi (salaire oblige ...)

J'en oublie sûrement ... Mais je me rattraperai dans un prochain article. Oui, vous l'aurez compris, j'essaie de prendre tout cela avec humour et détachement, car sinon je ne vois pas comment je pourrais tenir face à tout cela ...

Bon dimanche à tous :)

Mad Beth


wallpaper-1019588
4 tactiques SEO prises en charge de manière non officielle par Google
wallpaper-1019588
Augmenter votre trafic web avec le référencement vidéo (VSEO)
wallpaper-1019588
Messages subliminaux dans la publicité et leur utilisation répandue
wallpaper-1019588
Le nouveau référencement web (SEO) : le Search Experience Optimization (SXO)
wallpaper-1019588
Subvention emplois d'été : date limite le 25 janvier!
wallpaper-1019588
La règle du 25%
wallpaper-1019588
Voeux corporate : in trust, we trust!
wallpaper-1019588
5 Bonnes Raisons de Travailler au Luxembourg